...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leah Joy Anderson | please, don't love me - end -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leah J. Anderson

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2009
Pseudonyme : Tenshi

Feuille de personnage
Relations:
Patronus:
Année ou profession:

MessageSujet: Leah Joy Anderson | please, don't love me - end -   Sam 5 Sep - 16:56

Leah Joy Anderson
*

    ♦ âge : 17 ans
    ♦ année d'étude ou profession : 7ème année à Poudlard
    ♦ date de naissance : 11 janvier
    ♦ lieu de naissance : Londres
    ♦ origines & pureté : Britannique & Sang-mêlée
    ♦ orientation sexuelle : Hétérosexuelle
    ♦ situation amoureuse : Célibataire
    ♦ orientation magique : Bien
    ♦ don spécifique : Non.


Camille or Tenshi
*

    ♦ âge : 15 ans
    ♦ temps de connexion : 3 fois par semaines
    ♦ comment as-tu connu le forum et comme le trouves-tu ? Par un mail, et je le trouve magnifique !
    ♦ votre personnage est-il un personnage vacant ? Na !
    ♦ personnalité sur l'avatar : Anne-Marie Van Dijk


Dernière édition par Leah J. Anderson le Sam 5 Sep - 17:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah J. Anderson

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2009
Pseudonyme : Tenshi

Feuille de personnage
Relations:
Patronus:
Année ou profession:

MessageSujet: Re: Leah Joy Anderson | please, don't love me - end -   Sam 5 Sep - 16:57

A little of Joy
*

      Chapitre I
      — Le commencement


    Beaucoup ont eu une enfance terrible. Cette période de leur vie est sombre, ampli de peur et de douleur. Je ne fais pas partie de ces gens-là. Je n’ai jamais eu à me plaindre de cette étape de ma vie, j’en garde même des souvenirs heureux, chargés de sourire, de rire et de joie.

    Le soleil était au zénith alors qu’une joyeuse famille était assise dans l’herbe, appréciant le doux vent frais de cette fin de printemps. Après un hiver rude et un printemps pluvieux, pouvoir sortir de chez soit avait quelque chose de grisant. Surtout pour une petite fille pleine d’énergie qui ne demandait qu’à courir après les pigeons. C’était d’ailleurs l’occupation d’une jolie blonde aux yeux noisette, et ses parents riaient sans retenus devant la hargne et la détermination de leur fille chérie. Elle avait décidé que tous les volatiles s’envoleraient et ne reviendraient plus, et elle n’avait pas l’intention d’arrêter sa course avant que cela ne se produise. Autant dire que ses agissement furent vain car quand elle s’assit près des deux adultes qu’elle aimait, les sales oiseaux se posèrent à nouveau sur son territoire. Mais ses petites jambes étaient trop engourdies et elle ne put rien empêcher. Elle fit tout de même connaître son mécontentement en sortant un « m’énerve ses oiseaux » qui rendit le couple hilare. Boudant joyeusement, la fillette s’attaqua à un biscuit que sa mère lui tendait. Têtue comme une mule, elle ne répondit à aucune des questions de ses géniteurs, et ces derniers décidèrent de la laisser tranquille. S’en suivit une conversation d’adulte qui ne l’intéressait pas du tout et dont elle ne comprenait pas le moindre mot. Lassée d’entendre sans comprendre, elle se leva discrètement et s’éloigna de ses deux parents.

    « Un deux trois, je m’en vais au bois, commença-t-elle à chanter quand elle fut sûre que ses parents ne l’entendraient pas. Quatre, cinq, six, cueillir des cerises … »


    Elle continua à chanter jusqu’à ce qu’elle se retrouve seule, dans un endroit qui semblait au beau milieu de nulle part. Elle n’eut pas tout de suite conscience qu’elle s’était perdue, mais quand elle eut fini de chanter, elle s’en rendit compte. Elle chercha des yeux une présence, quelqu’un qui pourrait l’aider, lui montrer le chemin, mais personne. Complètement paniquée, la petite fille sûre d’elle qui chassait les pigeons s’était envolée pour laisser place à une petite fille perdue et fragile. Les larmes vinrent vite faire surface aux bords de ses yeux et elle s’assit contre un arbre, ses bras entourant ses genoux contre sa poitrine. Terrorisée par le moindre bruit, elle se mit à chanter pour que le silence pesant s’efface.

    Le fin mot de l’histoire ? Ses parents, après l’avoir cherché avec leur propre moyen – mais évitant la magie, trop de moldus étaient présents et avoir appelé la police – la retrouvèrent endormie contre un arbre, ses joues encore humides de ses larmes. La petite n’avait que sept ans, mais de sa bêtise elle en ressortit plus réfléchie, mais malheureusement aussi plus fragile. Et elle ne perdit en rien ces traits de caractère, au contraire, ils se renforcèrent avec les années. Pourtant, elle resta toujours aussi téméraire et curieuse, ainsi que têtue.


      Chapitre II
      — Magie


    Quelques mois étaient passés depuis l’évènement traumatisant survenant lors du fameux pique-nique, et les parents de la petite Leah se demandaient si leur charmante fille n’était pas une cracmol. Une chose que ni l’un ni l’autre appréhendait, mais ils avaient toujours eu la certitude que leurs enfants iraient eux aussi à Poudlard, un jour. Ils étaient donc déçus, et chagrinés, mais faisaient tout leur possible pour ne pas le montrer à la fillette. Celle-ci pourtant, curieuse comme pas deux, avait déjà collé moult fois sa petite oreille contre la porte de leur chambre pour entendre leurs conversations qui tournaient de plus en plus autour de son inaptitude magique. Elle ne comprenait pas tout, car ses parents – d’un commun accord – avaient décidé de ne pas lui parler du Monde Magique pour ne pas la décevoir si jamais elle ne pouvait y entrer en tant que jeune sorcière. Ainsi, elle avait longtemps cru qu’ils préparaient son anniversaire, vraisemblablement pour ses dix ans, depuis pas mal de temps, et elle avait hâte d’être ce jour pour profiter de cette sublime « surprise » qui se profilait. Après tout, ils avaient bien parlé de magiciens, non ? Mais, bien entendu, une chose survint et elle sut qu’il n’était pas question d’un probable super anniversaire …

    « Leah ! Viens m’aider à mettre la table ! appela la mère de l’enfant. »

    Celle-ci ne se fit pas prier plus longtemps et pointa le bout de son nez dans la cuisine où une jeune femme l’attendait avec impatience. Cette dernière, quand elle vit sa progéniture, lui mit sans attendre plus longtemps une pile de quatre assiettes entre les mains et la poussa sans ménagement vers l’extérieur pour lui intimer de se dépêcher un peu. Quatre assiettes ? Bizarre … La petite blonde n’avait aucune idée du pourquoi de cette assiette en trop. Un invité ? Sûrement … Mais qui ? Réfléchissant toujours à cette drôle d’anomalie, elle continua d’avancer et ne fit pas, malheureusement, attention au chat qui lui barrait gentiment la route. C’est ainsi que la pauvre Leah, obéissante et serviable, devint, pour les yeux de tous, une maladroite et une gourde – bien que ce soit la même chose … l’insulte est différente -. Car le chat, non content de ne pas se faire remarquer, ne s’en alla pas non plus, et l’enfant trébucha. Elle entama une chute incroyable, comme au ralentit, et vit sa vie défilée dans sa tête alors que les assiettes se brisaient dans un bruit atroce. Pourquoi revoyait-elle sa vie comme si sa fin était proche ? La malheureuse porcelaine brisée était la préférée de sa mère et elle savait très bien que le courroux de sa génitrice pouvait être … destructeur. Elle était tellement terrifiée à l’idée de se faire gronder que les larmes apparurent vite aux bords de ses yeux pour rouler sur ses joues. Naturellement, avertis par le bruit, le mystérieux invité, le père et la mère se précipitèrent vers la petite en pleures. Le rouge monta vite aux joues de la jeune femme, mais la suite fit blêmir l’invité surprise. Les morceaux se recollaient d’eux-mêmes avec lenteur et la première assiette fut comme neuve en l’espace d’une minute. Comme par … magie. C’est d’ailleurs ce que comprirent rapidement les deux sorciers qui regardaient – les étoiles dans les yeux et la colère oubliée – la petite fille qui avait séché ses larmes pour regarder avec admiration le phénomène qu’elle avait produit sans le savoir. Quand chaque assiette fut totalement reconstituée, un silence pesant se fit alors que les trois sorciers tournaient le regard vers le seul moldu de la maison.

    Quand on eut lancé un sort d’oubliette à la pauvre grand-mère maternelle qui avait toujours eu du mal avec la magie – le hibou, la lettre pour Poudlard, etc. ça n’avait jamais été son truc -, on expliqua avec application à la petite blonde ce qu’était le monde des sorciers. Un monde qui lui sembla bien sûr fabuleux et elle eut hâte de se retrouver à Poudlard. Non pas pour apprendre, mais pour rencontrer d’autres jeunes sorciers et pratiquer la magie.


Dernière édition par Leah J. Anderson le Sam 5 Sep - 17:17, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah J. Anderson

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2009
Pseudonyme : Tenshi

Feuille de personnage
Relations:
Patronus:
Année ou profession:

MessageSujet: Re: Leah Joy Anderson | please, don't love me - end -   Sam 5 Sep - 16:58

      Chapitre III
      — Les déboires amoureux


    6ème année, 16 ans, et les hormones qui travaillent. Voilà une très belle description de l’âge dans lequel se trouvait Leah Joy Anderson, belle blonde aux yeux noisette. Cette demoiselle aurait tout fait en ce jour pour être moins jolie, ou tout du moins pour avoir un énorme bouton sur le nez : c’est facile à faire partir et le temps qu’il est là tout le monde se tient loin de vous. Car c’est ce qu’elle recherchait par-dessus tout : que la gente masculine la laisse enfin tranquille. Bien entendu, cela aurait pu être possible si l’une de ses amies n’avait pas décidé que la jeune fille était bien trop belle pour être toute seule. Ainsi donc, aucun moyen de faire taire cette entremetteuse indésirable, et de ne pas rougir sous les regards trop insistant. Comme quoi Annie – l’amie en question – savait y faire quand il fallait vendre un produit. Sauf que la pauvre Leah n’était ni du jambon ni rien d’autre de comestible. Agacée et gênée, elle s’était retirée dans le parc, au bord du lac, cachant son visage à l’aide de ses longs cheveux. Ce n’était pas la meilleure des cachettes, et elle en subirait les conséquences dans très peu de temps … Un … Deux … Trois …

    « Leah ! Te voilà ! Je te cherchais PARTOUT !
    - Oh s’il te plait, Annie, laisse-moi tranquille … »


    Paresseuse, ou alors seulement agaçante, elle ne se leva même pas pour se mettre à la hauteur de son amie, et ne lui proposa pas non plus de s’asseoir. Soupirant, ayant l’habitude depuis le temps de l’attitude de son amie, la fameuse Annie s’assit près d’elle tout de même, sans invitation. Elle commença alors le long récit de la vie d’un des garçons qu’elle avait repéré. Un récit tout à fait ennuyeux pour la blonde qui savait très bien où toute cette histoire la mènerait. Pourquoi tant de réticence à regarder seulement le bellâtre qu’on lui avait dégoté ? Tout simplement parce que la jeune fille connaissait sa malchance en amour. Une malchance qui ne la quitterait probablement jamais et dont elle prenait conscience de plus en plus au fil des histoires d’amours aussi impossible que ridicule qu’elle avait accumulé. Soit elle tombait amoureuse d’un parfait crétin, soit elle se posait trop de question, elle avait trop de doutes et tout finissait mal. Elle avait donc décidé d’arrêter tout ça, et de ne voir en chaque garçon qu’un potentiel ami et non petit-ami.

    « … surtout qu’Emerson est sûr qu’il est à ton goût …
    - Qu’est ce qu’Emerson a avoir avec ça ? Tu m’expliques ?
    - C’est ton frère comme même ! Et il a de très bons conseils …
    - Arrête Annie … Arrête avec tout ça …
    - Je ne te reconnais plus Leah ! Où est passée ma Leah ? Celle souriante, optimiste et juste ? Hein ? Pourquoi j’ai seulement le droit à la paresseuse, à l’agaçante, à l’insolente, à la têtue ? »


    Leah en eut le souffle coupé. Elle avait toujours su que son amie savait tout d’elle, mais de là à savoir tout sur tout, il y avait une limite ! Mais quand le sourire en coin d’Annie se fit voir, elle comprit bien d’où lui venait tout ça : Emerson. Elle allait le tuer, c’est sûr. Son petit frère de deux ans son cadet avait décidé de lui faire la peau. Enfin … Peut-être pas mais ça en avait tout l’air … Anéantie, mais surtout très influençable malgré son apparence de fille têtue, elle accepta sous prétexte qu’on la laisserait enfin tranquille après. Bien entendu, ce fut horrible. Terriblement gênée et mal à l’aise, elle répondit par des réponses brèves et très souvent inintelligibles au garçon qui tentait désespérément d’avoir une conversation avec elle. Ce fut tellement horrible que la jeune fille en ressortit plus sûre encore qu’une malédiction pesait sur elle depuis toujours. Le cours suivant fut terrible, pas pour elle, mais pour le professeur. Car il était bien connu que la jeune fille arrivait à être insolente mais toujours aussi souriante – quelque chose de très déconcertant – surtout quand elle n’allait pas bien.
    La fin de l’année se passa étrangement bien, comme si la fragilité qu’elle affichait quand il était question de garçons avait suffi à Annie pour qu’elle arrête d’en parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven J. Wallen

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 05/09/2009
Age : 23
Pseudonyme : myu.
Playlist : Band of Horses - The Funeral;
Humeur : nyappy :3

Feuille de personnage
Relations:
Patronus: lynx.
Année ou profession: 7ème année.

MessageSujet: Re: Leah Joy Anderson | please, don't love me - end -   Sam 5 Sep - 18:52

    Youh ta fiche est magnifique ma Puce ♥;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuki-hana-x3.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leah Joy Anderson | please, don't love me - end -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leah Joy Anderson | please, don't love me - end -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joli Black Love ...p..6
» 10 - 49 IC... Love me do des Légendes Celtiques (New P2 ! )
» Ron Anderson
» True Geek Love
» jubilé sonny ANDERSON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haute-Plainte :: 
sixth : le rangement
 :: ♦ La corbeille.
-
Sauter vers: