...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Danse avec la lune". (END)

Aller en bas 
AuteurMessage
Dragan E. Miller

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 27
Pseudonyme : Emy (c)
Humeur : La banane! =P

MessageSujet: "Danse avec la lune". (END)   Mar 25 Aoû - 4:18

Dragan Ermès Miller
*

    ♦️ âge : 18 ans.
    ♦️ année d'étude ou profession : 7ème année.
    ♦️ date de naissance : 15 Août 1980.
    ♦️ lieu de naissance : Un petit village perdu au fin fond de l'Angleterre.
    ♦️ origines & pureté : Que des sorciers depuis 4 générations. Tend à devenir pur.
    ♦️ orientation sexuelle : Hétéro.
    ♦️ situation amoureuse : /
    ♦️ orientation magique : neutre pour l'instant.
    ♦️ don spécifique : Loup garou.


J'ai demandé à la lune et le soleil ne le sait pas.
*

    I. L’homme est un loup pour l’homme.

    Il est naturel de se demander « Pourquoi moi ? Qu’ai-je fait ? ». C’est sans doute la première chose qui m’est venue à l’esprit. Arriva ensuite la soif de pouvoir et de vengeance. Incontrôlable, plus vicieuse qu’un serpent. C’est celle-là qui fit véritablement de moi un monstre. Car si la fourrure et les crocs font la bête, c’est l’envie de destruction qui forge la monstruosité. Ainsi je devins le plus habile des danseurs et je choisis la lune pour cavalière. Une valse sanguinaire – La peau arrachée, l’odeur du sang, le parfum putride et excitant de ta douleur –, un tango écœurant – Que ton cœur s’enroule dans mes griffes, que tes orbites vides reflètent la mort qui te pétrifie –, une javanaise écarlate – Et c’est déjà la fin de ton agonie, de ma jouissance insupportable.

    « Qui es-tu pour me juger ? ». Une question pertinente qui me taraude toujours la conscience. Qui sont-ils, tous ces gens, pour oser prétendre me connaître ? Qui sont-ils pour me coller une étiquette ? Bande d’imbéciles. Croyez-vous que je l’ai choisie cette condition ? Croyez-vous que toute cette colère m’est bénéfique ?! Silence ! Je l’entends… je m’entends. Le loup n’est jamais loin quand mes nerfs bouillonnent. Croisez mon regard ébène, vous l’apercevrez. C’est comme une lueur infime au fond de mes yeux, un halo de rage et de barbarie.

    « Qui suis-je pour ôter la vie ? ». Les remords, la dernière étape. Même en étant loup, je ne suis qu’un homme et mon cœur damné chante la complainte des regrets. Ma puissance m’enorgueillit, ma culpabilité me ronge. Je tue par colère. Je tue par haine. Je tue par vengeance. Mais surtout, je tue par inconscience. Quand la lune prend ma main pour une danse endiablée, c’est de sang que sont les larmes des anges.



    II. Note du narrateur.

    Je vais vous parler très franchement, sans passer par quatre chemins. Dragan est un petit con. Je vous arrête ! « Petit con » n’est pas forcément péjoratif, vous allez voir.

    Lorsqu’on nait dans une famille obsédée par le paraître et les origines, il est malvenu de se transformer en grand méchant loup une fois par mois. Car non seulement on réduit à néant les efforts de plusieurs générations pour obtenir la pureté sanguine mais en plus, on fait fuir toute la bonne société. Enfer et damnation ! Pour papa et maman, Dragan est donc un petit con. Heureusement, le frère cadet est là pour rattraper le coup. Fier comme un paon, traitre comme la peste et venimeux comme le cobra, les géniteurs n’auraient pu rêver mieux pour prendre la relève ! Voilà pourquoi le plus âgé des fils Miller est devenu le paria de la famille. Bye bye les promesses d’avenir, un vrai Miller a le sang « propre » !

    C’était le premier point. Passons au second.

    Depuis sa tendre enfance, le bougre est tenace. On ne discute pas avec un buté et borné comme lui. Monsieur a une idée et c’est la bonne, un point c’est tout ! N’essayez pas de jouer aux moralisateurs car tout ce que vous aurez en retour sera un poing dans la figure. Pour les philosophes amoureux des discussions ouvertes et sans fin, Dragan est un petit con. Pour les gens sensés aussi d’ailleurs. Parce que, qu’est-ce qui anime une si grande confiance en soi si ce n’est l’orgueil ? Comment peut-on prétendre avoir toujours raison si notre fierté n’égale pas celle d’un titan ? Un jour, le petit prince tombera sans doute de son piédestal, mais ce jour-là n’est pas prêt d’arriver. En attendant, la plupart des gens le maudissent d’être si têtu et sûr de lui.

    Il est également un petit con pour tous ceux qui l’aiment. Toujours à se créer des ennuis, à risquer sa peau pour celle des autres. Certes, il est étrange de combiner lycanthropie et honneur mais c’est ainsi. Il n’a qu’une parole et la respecte du mieux qu’il peut. S’il promet de veiller, il veille, quitte à y laisser quelques dents. Cet honneur n’est pas vraiment saint, c’est plus une marque supplémentaire d’un orgueil démesuré. Toujours est-il qu’il fait bien souvent peur aux personnes qui tiennent à lui à force de jouer avec la vie.

    Enfin, son instinct infaillible le pousse à écarter en un coup d’œil les gens qui lui paraissent malsains. Manque de pot pour les rusés hypocrites, le jeune homme ne s’y laisse pas prendre ! Ah on veut jouer au plus malin ?! Et bien c’est raté ! Dragan est trop fort à ce petit jeu. Un véritable petit con pour ses ennemis potentiels donc.

    La suite ? Oh non, ne gâchons pas la surprise. Si je vous révèle tout, où est le plaisir ? Rencontrez-le, vous verrez, il est attachant pour un petit con.




Dernière édition par Dragan E. Miller le Mar 25 Aoû - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragan E. Miller

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 27
Pseudonyme : Emy (c)
Humeur : La banane! =P

MessageSujet: Re: "Danse avec la lune". (END)   Mar 25 Aoû - 15:10

    III. Aux rêves fous qui se sont envolés.

    « Ce fils n’est plus ! Il est mort le jour où la souillure s’est emparée de lui ! Quitte ma demeure Dragan, sur le champ ! »

    Le ton du père était impératif, sans appel. C’est le dégoût qui faisait rouler ses yeux, la colère qui animait ses poings tremblants. Sa plus belle réussite, son aîné, son prodige ! Tout était fichu désormais. Le garçon n’était plus qu’un déchet, un loup déguisé en jeune homme. Par Merlin, pourquoi le sort s’était-il acharné ? La nature avait déjà doté Dragan d’un caractère explosif et indomptable et voilà qu’elle lui enlevait la moindre chance de marcher sur les traces de ses ancêtres !

    « Fiche le camp, Indigne ! Et ne t’avise pas de remettre les pieds ici ! Tu n’es plus le bienvenu ! »

    C’était les vacances de Toussaint, Miller venait de rentrer en sixième année. Cependant, il était majeur contrairement aux autres élèves de son cycle. Pour le géniteur, il était donc tout à fait légal de le jeter à la porte.

    « Toi non plus ne t’avise pas de tomber sur mon chemin ‘’papa ‘’ ! »

    La voix de l’adolescent était rauque, cassante mais maîtrisée. Son visage avait une allure inquiétante derrière sa crinière de cheveux sombres. Il avait insisté sur le dernier mot en découpant les syllabes, menaçant comme jamais. Et sans plus attendre, il transplana vers Pré-au-Lard, de la rage plein la tête.

    Depuis tout petit, il avait toujours été le préféré de son père. En effet, Dragan était admirable en duel et excellent au Quidditch, de quoi épater la galerie en somme. Sans doute le paternel aurait-il pu en faire un parfait stéréotype du bourgeois au sang pur ambitieux mais sa nature rebelle en décida autrement. On ne donnait par d’ordre au petit roi, il était son seul maître. Il avait envie de rater la chance de sa vie ? Et bien il la ratait, quoi qu’on en pense. C’était ce qui le différenciait de son petit frère. Ermès était moins doué mais plus docile, plus manipulable. Il était d’ailleurs devenu, au fil du temps, un petit robot tout juste bon à répondre aux caprices démesurés d’un papa avide de grandeur. Une ordure aux yeux de son aîné.

    En quittant les lieux, le paria venait donc d’être officiellement rayé de la liste de privilégiés de la société. Lorsqu’on était banni d’une famille réputée, toutes les portes se fermaient. Et malheureusement pour l’étudiant, il lui restait peu de choix. En effet, il n’avait jamais vraiment aimé l’étude pure et était donc assez moyen en plusieurs matières importantes. Les potions, la métamorphose, l’histoire de la magie et l’astronomie étaient des ennemis redoutables. La profession d’aurors ou de postes à responsabilité étaient donc exclus. De toute manière, il avait toujours voulu devenir joueur professionnel de Quidditch… mais ça aussi c’était désormais impossible. Qui voulait d’un loup garou comme poursuiveur ? Sans l’appui de ses parents, plus rien n’était accessible.

    En réalisant qu’il était voué à l’échec, Miller hurla et éclata la vitre d’une petite maison. C’est là que les ennuis commencèrent réellement. La foule s’arrêta doucement à ses côtés et il se retrouva empoigné en moins de deux. On ne laissait pas sévir un délinquant, qui qu’il soit. De toute manière, il n’était plus personne.

    « Mon garçon, je vais t’apprendre les bonnes manières ! »

    Un inconnu le saisit par le poing et tenta de le mettre à terre. Pauvre abruti ! On ne s’attaquait pas à un loup garou aussi facilement. D’ailleurs, entraîné par sa colère, il ne fallut qu’un coup d’épaule à Dragan pour désarçonner son adversaire. Cette fois, c’en était trop ! Souillé, réduit à rien, il fallait qu’il se défoule. De sa longue et fine silhouette, il s’élança droit sur le pauvre inconscient, animé par un courroux bestial. Juste avant l’impact, un sort le toucha de plein fouet et sur ses lèvres, le goût de la poussière s’incrusta. Le monstre quitta son regard noir et ses traits se détendirent. Un drame venait d’être évité. Sans le savoir, l’auteur du sort avait sauvé deux personnes : un intrépide moralisateur et un adolescent perdu dans les méandres de la nuit.



    IV. Confidence pour confidence.

    « La première nuit fut abominable, je m’en souviendrai toute ma vie. C’était comme si mes entrailles se déchiraient, que mes côtes voulaient à tout prix sortirent de ma cage thoracique. Mes muscles étaient bandés, parcourus par de multiples crampes. Ma mâchoire et mon nez se sont brisés d’un coup, comme ça, pour mieux s’allonger. Ce fut ensuite le tour de mes oreilles. Ma peau s’est lacérée et a commencé à tomber par endroit. Elle me brûlait tant ! J’avais l’impression que de l’acide la rongeait peu à peu, se délectant du sang de plus en plus visible. Le mal était si fort que je me suis mis à arracher mon épiderme brûlant moi-même. C’est là que je me suis rendu compte que mes ongles avaient laissé place à de monstrueuses et répugnantes griffes. L’écume m’est montée à la bouche, mes pupilles se sont retournées et les convulsions ont commencé. C’est dans cet océan de douleur que je me suis endormi pour mieux réveiller le monstre.

    Ce que j’ai fait ? Je n’en ai aucune idée. Moi qui n’avait jamais croisé un loup garou de ma vie, j’étais bien en peine de deviner que j’en étais devenu un. Il avait suffi d’un coup d’œil vers les sœurs lunaires pour que mon instinct devienne celui du loup et que mon sang développe les particules nécessaires à la transformation. Voilà près d’un mois qu’elles bouillonnaient dans l’hémoglobine, attendant leur heure avec impatience.

    Au réveil, j’étais nu, couvert de sang et de plaies. Un amnésique perdu au milieu d’une forêt, incapable de bouger un doigt tant mon corps était endolori. Ma bouche était sèche, ma tête lancinante et ma langue imbibée de liquide rouge. Lorsque le soleil croisa mes pupilles, la souffrance fut si forte que le sommeil m’emporta de nouveau. On me retrouva le soir, toujours couché au sol. J’avais froid et mal partout. A côté de ma tête et sur une partie de mes longs cheveux trônaient des résidus de vomi. Le goût de la terre mouillée m’avait fait tourner le ventre.

    C’était juste avant les vacances de Toussaint. On prévint mes parents que leur fils était un meurtrier. Sans savoir quel loup avait fait quoi, on décida de tous nous inculper pour meurtre. Peut-être n’ai-je pas de sang sur les mains, peut-être que si. Je ne me souviens de rien. C’est là que les mesures ont été prises… C’est là que tout a basculé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragan E. Miller

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 27
Pseudonyme : Emy (c)
Humeur : La banane! =P

MessageSujet: Re: "Danse avec la lune". (END)   Mar 25 Aoû - 15:42

Emy
*

    ♦️ âge : 18 ans! Very Happy
    ♦️ temps de connexion : Ca dépendra de mon humeur! ^^
    ♦️ comment as-tu connu le forum et comme le trouves-tu ? Par Sun et j'adore le contexte!!! I love you
    ♦️ votre personnage est-il un personnage vacant ? Ah non hein!
    ♦️ personnalité sur l'avatar : Benichou Barnès. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Danse avec la lune". (END)   Mar 25 Aoû - 15:53

    J'attendais la fin de ta fiche avec impatience.

    I love you

    Je n'ai rien à redire c'est parfait, si ce n'est que j'ai toujours du mal à choisir une maison...
    Mais vu que c'est un loup garou, ce sera Serdaigle.

    Bon jeu ! Et je veux un lien.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan E. Miller

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 27
Pseudonyme : Emy (c)
Humeur : La banane! =P

MessageSujet: Re: "Danse avec la lune". (END)   Mar 25 Aoû - 16:03

Merci Chef! Very Happy

Serdaigle? Parfait, je n'y vais pratiquement jamais. ^^

Pour le lien, on voit ça dans quelques instants! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Danse avec la lune". (END)   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Danse avec la lune". (END)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pêcher avec la lune
» calendrier lunaire pêcher avec la lune
» Danse avec lui !
» ICE version 26" : compatible avec le 20" suspendu ?
» TFO bvk 8"3 avec extension 10"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haute-Plainte :: 
sixth : le rangement
 :: ♦ La corbeille.
-
Sauter vers: